REDENTORE SUL MONTE ALTINO A MARANOLA

Cima del Redentore, 04023 Formia LT, Italia
5233
accessibilità : luogo pubblico

L’HISTOIRE DU REDENTORE SUR LE MONT ALTINO À MARANOLA

 

Avec l’Encyclique Praeclara de 1894, le Pape Léon XIII exprima un jugement décevant sur le XIXème siècle qui finissait en tant que imprégné de malheurs et de guerres, en  souhaitant en même temps  au monde entier, un prospère et pacifique XXème siècle.

Son conseiller Conte Acquaderni lui proposa de sceller le Siècle qui finissait avec 19 monuments au Rédempteur à placer sur les sommets italiens les plus beaux et les plus panoramiques.

Quelques années plus tard, Ludovico Pecci, neveu de Pape Léon XIII, demanda de modifier l’idée en proposant de regarder vers le prochain siècle plutôt que vers le passé.

En pratique, il voulut ajouter un autre monument aux 19 prévus pour en placer un à Monte Capreo di Carpineto Romano où était né son oncle devenu Pape.

Le Pape accepta donc l’idée de placer vingt monuments du Rédempteur sur autant de sommets panoramiques pour rendre hommage au Xxe siècle qui allait commencer et, le premier septembre 1896 , Il institua un Comité de trois personnes basé à Bologne pour le choix des lieux et pour organiser au mieux l’événement.

L’Archevêque de Gaeta Mgr Francesco Niola, sollicité par le Curé de Maranola Don Vincenzo Ruggiero , a été très rapide à proposer le Mont Altino en raison de sa position panoramique dominante soutenue également par les publications de la revue hebdomadaire de propriété du Ruggiero « LA CAMPANIA », dont il était propriétaire, imprimée dans son imprimerie à Maranola, à l’époque entité administrative autonome.

Ainsi furent identifiés et choisis de manière officieuse les vingt sommets italiens dont celui de Maranola qui impliqua 46 diocèses de trois régions limitrophes (Campanie, Molise et une partie des Pouilles) , quand, dans les derniers jours encore restés pour les décisions finales la diocèse de Naples, revenant sur ses décisions originales et créant des problèmes aux trois composantes du Comité de Bologne, proposa la solution du Mont Vésuve en remplacement du Mont Altino.

Le « charisme et les capacités diplomatiques » de Don Vincenzo Ruggiero , curé de Maranola et homme érudit, furent nécessaires pour bloquer la tentative de croche-pied parthénopéen.

Les vingt sommets définitivement établis, vingt pierres en forme de brique furent extraites des mêmes sommets avec des inscriptions précises concernant le sommet et le but voulu par le Saint-Siège pour la fermeture de la Porte Sainte de la Basilique vaticane en l’an 1900.

Le projet relatif au Mont Altino fut rédigé par l’ing. Jacinthe Mastrojanni qui proposa de construire un obélisque de dix mètres de haut pour y poser la Statue du Rédempteur de quatre mètres de haut y compris la croix. Ce projet a été choisi pour son coût inférieur par rapport aux autres.

Le 23/3/1900 on signa le contrat avec la Société Rosa Zanazio soit pour la réalisation de la statue en fonte soit pour les oeuvres d’emplacement sur le contrefort du Mont Altino à 1.252 mt qui dans l’avenir sera appelé Monte Redentore.

Il fut convenu que la statue serait réalisée en quatre parties joignables sur le lieu d’emplacement et d’un poids ne dépassant pas quatre quintaux par élément, mais les choses se sont passées différemment. La statue a été fondue à la fonderie Tuse Mense de Paris en un seul bloc et avec un poids total de vingt et un quintaux.

Ces imprévus particuliers une fois la fusion terminée , terrorisèrent beaucoup le Pharmacien Saverio Riccardelli , directeur du  » Comité organisateur local  » en pensant aux difficultés à surmonter tant pour le transport que pour l’emplacement , aussi et surtout pour le fait qu’il n’y avait aucune route entre Maranola et le Sommet de Monte Altino.

La statue arriva à Formia en septembre 1900 par chemin de fer, via Cassino et par la ligne de chemin de fer Sparanise-Formia-Gaeta parce que la ligne directe Rome-Naples n’avait pas encore été réalisée.

Le précieux monument fut transporté avec un énorme chariot mis à disposition par un cultivateur de la commune d’Elena à Gaeta, tiré par quatre boeufs jusqu’à Maranola.

Il fut conservé dans l’église de l’Annunziata pendant toute la période hivernale qui fut employée pour préparer une route de douze kilomètres pour relier Maranola à Monte Altino.

Le jour 4/6/1901 la Statue commença le chemin en montée posée sur un traîneau spécialement construit et tiré toujours par des boeufs et des centaines de personnes qui après quarante jours atteignirent le sommet, même si les jours effectifs de transport furent quatorze.

L’emplacement sur l’obélisque de dix mètres de haut placé sur un dôme naturel à 1252 mètres du niveau de la mer n’a pas non plus été facile. Il fut nécessaire de construire un énorme échafaudage en bois autour de l’obélisque déjà érigé et fait à plusieurs degrés du côté nord pour faciliter l’élévation graduelle de la lourde statue.

Avec les seules forces des bras de plusieurs centaines de volontaires de Maranola qui aidèrent les employés de la Maison Rosa-Zanazio et sous la direction personnelle de Don Vincenzo Ruggiero , cette œuvre pharaonique fut accomplie.

Le 29 juillet 1901, un paratonnerre est apposé sur la Croix et, pour annoncer l’heureux événement, 33 coups de canon sont tirés à blanc avec un canon prêté par la Commune d’Esperia.

Après six ans et beaucoup de pèlerinages de dévots de toute l’Italie, dans la nuit du 29/10/1907, un éclair abattit l’obélisque et la statue qui resta acéphale. Les anciens de Maranola racontent que la tête roula dans le Canalone où elle fut recueillie et transportée dans l’église de la SS Annunziata.

Entre-temps, l’événement tragique de la Première Guerre mondiale approchait et ce n’est qu’après douze ans, en septembre 1919, une fois la guerre terminée, que la restauration voulue par le curé Don Carlo Piccolini , succédant à Don Vincenzo Ruggiero qui était entre-temps décédé , Il arriva à une heureuse conclusion.

Le projet de restauration réalisé produisit l’image et les lieux que nous voyons maintenant , avec un dôme en maçonnerie en remplacement du très haut obélisque originaire et il fut toujours projeté par  l’ing. Giacinto Mastrojanni et réalisé par les F.lli Mancinelli d’Esperia , dont les descendants réalisèrent dans l’après-guerre , près de Largo Paone , le bâtiment le plus haut de Formia.

Voilà les « travaux extraordinaires des Maranolesi » pour le transport et l’emplacement de la Statue du Rédempteur qui surveille d’en haut un espace géographique qui va du Circée au Vésuve face aux îles de Capri , Ischia, Procida, Santo Stefano, Ventotene, Zannone, Ponza et Palmarola.

 

Parmi les vingt monuments prévus, seuls quatre ne furent pas réalisés pour des difficultés inattendues et survenues, peut-être même inférieures à celles rencontrées pour le monument du Mont Altino.

C’est le cas de pouvoir affirmer que « la volonté de Don Vincenzo Ruggiero et la ténacité des Maranolesi » ont évité que les œuvres inachevées soient cinq au lieu de quatre.

Je me suis limité aux points essentiels de l’histoire en m’inspirant d’un article très détaillé de Gerardo De Meo publié sur l’Histoire Illustrée de Formia et d’une copie anastatique du périodique « La Campania  » du 31 juillet 1901 que m’a offert mon ami Gabriele D’Anella.

Cette feuille périodique hebdomadaire religieuse et politique, d’un coût de 5 centimes, a été imprimée samedi-dimanche 3 ―4 août 1901 à Maranola et porte le n. 31, année VII.

Directeur de la revue l’archiprêtre Vincenzo Ruggiero di Maranola.

Une des nombreuses histoires extraordinaires de notre Territoire des Monts Aurunci et du Golfe.

Raffaele Capolino

Related Listings