TOMBA DI TULLIOLA IN ACERBARA

04023 Formia LT, Italia
2113
tipologia : Resti Archeologici
accessibilità : luogo pubblico

Le mausolée de Tulliola se dresse en face du Mausolée de Cicéron. En haut de la colline un sépulcre plus petit est, selon la tradition, considéré comme le tombeau de sa fille Tulliola. Cependant, alors que l’on sait avec certitude que la dépouille de Cicéron ne repose pas à Formia, mais à Rome, on sait que la dépouille de sa fille se trouve effectivement dans le mausolée qui lui est dédié. La zone où se trouve le Mausolée de Tulliola prend le nom d’Acervara en référence à la jeune fille (acerbam car elle est morte très jeune et ara pour indiquer le lieu réel). Sur le sommet de la colline d’Acerbara il y a aussi des traces de constructions de la période républicaine romaine. Derrière les murs de bonne facture et d’épaisseur il y a un énorme montant latéral d’une entrée en pierre calcaire avec des trous d’ancrage pour la porte. Sa longueur est d’environ deux mètres, avec des côtés de Cinquante cm environ.

On a trouvé de nombreuses pièces en terre cuite de grande valeur: une en particulier, de forme triangulaire, était utilisée pour construire des colonnes à revêtir ensuite avec le stuc. D’autres morceaux de terre cuite recouverts de “cocciopesto “ (chaux melée de poussiére de telle cuite) avec un visiblement recourbé et de grande valeur ayant certainment appartenée à un “dolium” de grande taille.

Les restes muraux pourraient  appartenée à une reserve d’eau, actuellement délabrée et recouverte de terre et de broussailles. Il s’agirait donc des Sources de l’Acerbara, citées dans de nombreux textes du passé.

Certaines parties de maçonnerie effondrées appartiennent en effet à des plafonds en berceau ayant appartenu à des “réserves” préparées pour recueillir les eaux de pluie. Il reste toujours à se demander comment il a été possible d’effectuer des constructions similaires dans un endroit aussi inaccessible.

 

 

LE SÉPULCRE DE TULLIOLA SUR LE MONT ACERBARA A FORMIA

Ansi était-il à l’origine

C’est un site que j’ai eu l’occasion de visiter à plusieurs reprises et je me suis toujours demandé comment il était à l’origine.

L’état actuel des lieux est encore plus appauvri en détails que celui qu’a vu et dessiné Pasquale MATTEJ (1813 – 1879) vers 1847, (photo 1 – utilisée comme base pour la greffe photographique exposée dans ce post)

 

 

foto 1

Avant Mattej le site a été dessiné par Sebastiano Conca ( 1680 – 1764 ) – [photo 6] – et par Carlo Labruzzi ( 1748 – 1817 ) – [photo 7] -, mais tous les deux avec des résultats non utiles ni suffisants pour la réalisation de mon idée.

foto 6

foto 7

Les trois artistes cités ont dessiné et peint tout le Mausolée de Tulliola composé du sépulcre , d’un étage en pavé calcaire local et d’une structure appelée “pyramide” ou “ fuseau”. (cf. photo n. 8 – Istituto Luce années ’30).

foto 8 

Sans aucun doute, le dessin de Mattej est le plus précis et le plus proche de la réalité, en particulier le côté ouest du sépulcre. Notre concitoyen même n’avait peut-être aucune idée de comment avait été, à l’origine, la partie supérieure en maçonnerie du monument en “ latericium et reticulatum” alterné de la première période romaine impériale. Dans le dessin de Mattej (photo 1), la partie supérieure du site principal est recouverte de broussailles.

Je dois remercier l’ami et artiste Emilio Sparagna qui a eu l’ intuition, il y a quelques années de la forme octogonale supérieure avec couverture en tuiles, au point qu’il en a fait un modèle 1 à 10. (photo 3)

foto 3 

Fort de ces détails j’ai prié mon ami Fausto Forcina de superposer avec “ fotoshop” la partie supérieure reproduite par Emilio Sparagna sur l’image dessinée par Pasquale Mattej.

En réalité la forme octogonale du niveau supérieur est confirmée par la vision de la photo n. 2, tandis que la couverture en tuiles est justifiée par le grand nombre de tessons épais encore visibles autour du site, surtout dans la partie en pente côté mer.

foto 2

Donc j’ai pu ainsi embellir mon récit avec cet ajout photographique.

J’espère que ma simple idée sera prise, comme stimulant , par des technographes expérimentés du secteur pour avoir, nous aussi à Formia, une reconstruction en 3D non seulement de ce monument, mais aussi du Cisternone, du Théâtre Romain, de l’Amphithéâtre Romain, du Mausolée de Cicéron, des Cryptoportiques de Caposele et des Cryptoportiques sous les Jardins publics. Toutes les villes avec des vestiges archéologiques , ont des réélaborations graphiques en 3D qui devraient également être présente dans notre Musée Archéologique local.

Pour l’instant contentons-nous de cette modeste réalisation obtenue grâce à l’aide de mes deux amis cités ci-dessus.

Raffaele Capolino

Curiosité : Peut-être qu’elle fut l’œuvre de l’arch. Cluazio

Volonté, projets et angoisses de Cicéron pour son exécution.

Pour l’exécution de ce “ Fanum Tulliolae “ ( Lieu Sacré de Tulliola) il faut lire la longue lettre 36 livre 12 , expédiée de Cicéron à Attique. Voici les parties les plus intéressantes :

“Je veux que l’on se fasse un petit temple… Si je le construisait à l’intérieur d’une de mes villas, j’aurais peur des changements de propriétés. Alors que si je devais le construire dans n’importe quel coin de la campagne, il me semble pouvoir lui garantir le respect religieux de la postérité. Si tu approuves l’idée , le lieu, le projet , lis la loi et envoie-la-moi.

Si tu trouves un moyen de l’éviter, on l’adoptera, et si tu acceptes l’idée de faire use Temple, comme je suis en train de me convaicre maintenant, j’aimerais que tu pousses Cluatius se dépécher.

Quand bien même il faudrait se décider pour un autre lieu, je pense que je profiterai quand même de ses services et de ses conseils techniques.”

Donc par cette lettre, nous savons que le projet et l’exécution du “Fanum di Tulliola” aurait de toute façon été confié à l’architecte Cluazio, mais une autre préoccupation qui transparaît est le probleme fiscal.

La romancière Colleen Mc Cullough, affirme que Cicéron savait qu’il devait faire face à un coût total de vingt talents égal au coût de l’exécution du tombeau pour dix talents en plus de dix autres que vue la loi Suntuaria fait approuver par César, Il aurait dû payer comme taxe au Trésor.

Cicéron manifesta à Atticus la volonté d’éluder le fisc , avec une économie de dix talents, en présentant une demande de construction non pas pour une œuvre funéraire mais pour un Lieu Sacré ouvert au public : un “Consecratum “ c’est-à-dire un “Sanctuaire”.

À cette époque un talent romain equivalait 100 livres d’argent non de frapper. Rapporté à aujourd’hui un talent romain correspond à la valeur de 10.000 euro d’où l’oeuvre entière compréhensive de charge fiscale, aurait coûté un chiffre ègal à 200.000 euro d’aujourd’hui. La valeur actuelle serait beaucoup plus élevée si le calcul avait été fait sur le pouvoir d’achat d’une livre d’argent dans les deux époques différentes.

Une autre disposition donnée par Cicéron à Atticus, est celle de charger Apella de Chio (Grèce) pour le choix des marbres.

Atticus essaya en vain de conseiller Cicéron pour une construction d’un Temple sur une petite île dans l’ancienne propriété d’Arpin, ou près de Astura, mais l’orateur finalement, comme affirme Martial , choisit un Mausolée à l’intérieur du terrain de sa propriété à Formia , situé sur la Via Appia, bien visible par tous ceux qui seraient passés sur ce tronçon de la route la plus importante du monde à l’époque.

Il se peut donc que ce soit l’architecte Cluazio qui ait conçu et fait construire le Sépulcre de Tulliola sur la colline d’Acerbara avec l’utilisation de marbres grecs achetés par Apella de Chio par l’intermédiaire d’Atticus.

Aujourd’hui le Sépulcre d’Acerbara est considéré par tout le monde comme celui de Tulliola, morte en 45 av. J.-C., après avoir donné naissance à un fils qu’elle laissa à Publius Dolabella, dont elle s’était séparée quelques mois auparavant.

Cette même année, Cicéron avait quitté la très jeune Publilia, qui n’avait pas manifesté de respect envers Tulliola et qu’il avait épousée après son divorce de Thérèse en 46 avant J.-C.

Celio Rodigino (vrai nom Ludovico Ricchieri 1469-1525) raconte que sous le Pape Sixte IV on trouva, en face du Sépulcre de Cicéron sur l’Appia, une Tombe de Tulliola avec un corps embaumé et des cheveux tressés d’or, mais qui trois jours après s’est réduit en poudre. C’est un épisode qu’il faut approfondir et comprendre s’il s’est effectivement passé sur notre territoire.

Une autre découverte concerne la période du Pape Paul III , vers 1540 , quand on découvrit à la périphérie de Rome, une tombe avec inscription : “Tulliola Filiae Meae”, et que la lampe sépulcrale, qui brûlait encore depuis plus de 1500 ans, s’éteignit aussitôt. Le Pape face à tant de clameur “ populairement païenne “ pensa faire disparaître pour toujours le corps bien conservé de la jeune fille en la faisant jeter dans le Tibre.

Je crois avoir raconté les faits les plus intéressants de cette histoire relative au Sépulcre de Tulliola et qui concernent en particulier notre ville de Formia.

Mises à jour et rectifications , comme pour tous les récits historiques, il peuvent toujours être faites dans l’avenir.

Raffaele Capolino

 

 

Related Listings