IL TEATRO ROMANO DI CASTELLONE

2033
tipologia : Opere Maggiori
accessibilità : luogo pubblico

Un site transformé dans un quartier habité

Histoire, légende et hypothèses

On sait qu’il fut construit à l’époque d’Auguste au 1er siècle avant JC. et, selon une légende, c’est ici qu’eut lieu le martyre de S. Erasmus le 2 juin 303 après JC par ordre de l’empereur romain Maximien.

Il est situé dans le quartier Borsale à l’ouest de Castellone et au sud de l’abbaye de S. Erasmus gérée par des moines bénédictins jusqu’en 1500, puis substitués par les moines Olivétains jusqu’à la fin de 1700.

Le « cavea » du théâtre, comme presque tous les théâtres romains, fut adossée par les constructeurs au  versant de la colline de Castellone de sorte que les spectateurs regardent le sud vers la mer étant certainement protégés par un « velarium » approprié.

Le pupitre devait être  1,50 m de hauteur , 24 m de long et profond 6.60 m avec une « scène « qui présentait derrière un couloir qui menait à deux pièces latérales utilisées comme des entrepôts de scène. Très probablement  la dernière destruction par les Turcs date de 1532 avec celle de l’abbaye de S. Erasmus qui venait de passer de la direction bénédictine à celle des Olivétains.

Voici l’histoire du théâtre romain de Castellone avec une brève mention à la légende populaire selon laquelle l’évêque S. Erasmus y fut martyrisé. Dorénavant, on ne peut faire que des hypothèses en se basant également sur ce que Pasquale Mattej a écrit à propos du “grillage”, qu’il dit avoir vu et qui a donné naissance au toponyme qui nous est parvenu « gliu cancieglie», comme on l’ appelle encore à Castellone. Ce qui m’a toujours émerveillé, c’est que personne n’a jamais fait couler un peu d’encre sur le magnifique et imposant Portail « baroque  » doté d’un emblème, qui représente l’entrée de la zone du théâtre et qui peut certainement nous donner plus d’informations sur ce qui est arrivé au cours des trois derniers siècles, en pouvant avec une bonne probabilité établir que son emplacement ait eu lieu entre 1500 et 1700. Malheureusement, l’emblème résulte abîmé au cours des siècles, mais j’estime qu’il peut avoir été apposé par les moines olivétains qui devinrent les propriétaires de toute la zone « Borsale » de 1492 à 1785.Cette zone où se trouve le théâtre, s’étalait à l’époque de l’abbaye de S. Erasmus à la voie Appienne où est située une deuxième plaque « Olivétains » pour indiquer la limite sud de l’entière propriété monastique..La même surface, dans un acte de 1355, est déjà appelée “Le Borsale près d’une autre possession du dit monastère, et du moulin à huile…”

Ce moulin à huile devait donc appartenir à l’abbaye qui, à partir de 1468, devint une « Commenda » gérée d’abord par l’Abbé Commendataire Giovanni Gattola et puis par l’abbé « perpétuel ”Giuliano de la Rouvre de 1472 à 1491 nommée par le pape Sixte IV.

 

Dans un autre acte de 1472 on parle d’une vigne dans un lieu appelé « Le Borsale, à proximité des biens du dit Monastère …. et à la voie publique « .

En revenant au portail, celui qui l’a édifié devait être nécessairement le propriétaire de la zone et des vestiges du théâtre qui ont été modifiés par conséquent selon les indications d’une seule personne, chose nécessaire pour produire une architecture impressionnante et surtout homogène quant au  style.

Ceci nous conduit à hypotiser avec de bonnes probabilités que l’ensemble de la zone de Borsale et le site archéologique appartenaient à une seule personne ou à une communauté qui pourrait l’avoir transformé en hébergement pour les moines, peut-être même en attendant la reconstruction de l’abbaye qui avait été fortement endommagée par les Turcs en 1532 de retour de Fondi où était prévue la séquestration de la belle Julie Gonzague destinée à devenir un cadeau pour le sultan Suleiman I, appelé le Magnifique. Juste après la restauration de l’abbaye en 1538, les olivétains pourraient avoir décidé de vendre dans le futur toute la zone du théâtre à plusieurs personnes, après l’avoir séparée de la zone «Borsale», y compris les nouvelles parties déjà apposées sur la « media e summa cavea » ainsi qu’elles nous sont parvenues.

Il a été donc nécessaire de supprimer le grillage placé sur le portail qui jusqu’alors délimitait un espace privé et qui est mentionné par Mattej. Nous savons, à partir de documents conservés dans l’abbaye, que dans différentes périodes, l’abbaye même est également devenue une caserne militaire, ce qui a peut-être pu également se produire pour la structure reposant sur le théâtre. Déjà auparavant, dans un acte de 1464 quand Giovanni Gattola était abbé, on parle à Castellone d’un endroit appelé « La Guardia ». Mattej même, dans l’une de ses œuvres fait coïncider le soi-disant jardin «della Guardia» avec le Borsale où se trouvaient les restes du théâtre.

 

La vente à des tiers, mentionnée précédemment, peut avoir eu lieu entre 1600 et 1700 par un abbé de S. Erasmus sous la dépendance des Olivétains. Ce sont évidemment des hypothèses qui, je l’espère, pourront être confirmées par des recherches non faisables sur le cadastre ou peut-être par la découverte d’un document de vente conservé dans l’église même de S. Erasmus à Castellone. Personnellement, je crois beaucoup à cette  deuxième possibilité avec l’aide de l’ex curé de S. Erasmus Père Antonio Punzo qui m’a déjà aidé dans diverses recherches que j’avais faites dans l’archive de l’actuelle église de S. Erasmo.

Raffaele Capolino

Plusieurs lecteurs ont indiqué d’autres sites romains à ajouter aux sept que j’ai énumérés. Je m’étais évidemment limité à représenter les situations les plus marquantes en termes de nombre de bâtiments et de nombre de personnes logées. En fait, la situation de Formia est peu connue de ceux qui ne sont pas originaires de cette ville qui est devenue romaine dès le troisième siècle avant J.C. et « colonia Adrianea » au deuxième siècle après J.C. Avec cet article je veux enrichir avec des détails cet aspect qui, je pense, est peu connu même de beaucoup de citoyens de Formia. Sur les photos n. 1 et 2, j’ai simplement mis en évidence ce qui devait être la forme du théâtre, objet de ce post, qui donnait sur le forum au-dessous. À partir de la courbure du site on a calculé que la « scène » du théâtre devait avoir une longueur d’environ 25 m. avec un « arrière scène » qui devait se développer tout le long de la rue qui, certainement parce que plaine de pièces archéologiques de tout genre, a été appelée jusqu’à il y a environ dix ans « Via Anticaglie » nom modifié ensuite en « Via Umberto Scipion ». Les logements à l’intérieur de la structure théâtrale ne sont pas seulement les vingt et un appartements du bâtiment blanc (photo n.3), vestige évident d’un tiers de la « summa cavea ». Beaucoup de logements se trouvent dans au moins vingt autres bâtiments (photos n. 4 -5-6-7), certains de grandes dimensions, situés sur les structures latérales, sur la façade et sur la « scène » du théâtre original construit à l’époque d’Auguste.. Comme on peut voir sur les photos, de nombreux bâtiments ont été édifiés sur le côté est de  Via dei Gradoni del Duomo et sur le côté sud dans l’ancienne Via Anticaglie. D’autres se trouvent à la frontière avec la zone du « Borsale », et d’autres encore à l’intérieur de l’ensemble du tracé original. Il s’agit en fait d’un quartier de Formia où pas moins de trois cents personnes vivent dans plus de soixante-dix appartements, sans compter les nombreuses structures au rez-de-chaussée, qui sont aujourd’hui des entrepôts et des bureaux, mais qui, à l’époque post-romaine, devaient certainement être des promenoirs utilisés comme habitations. À l’exception du bâtiment situé à l’angle de la Via Anticaglie et de la Via Gradoni del Duomo, construit après la guerre, tous les autres présentent des traces claires de murs en « opus réticulé », des salles voûtées, des colonnes, des citernes et d’autres éléments se rapportant à un décor théâtral de l’époque romaine. Dans l’une de ces habitations au re de-chaussée selon ce qui est raconté dans une lettre écrite au VIe siècle après J.C. par le pape saint Grégoire  Magne, se serait produit le martyre et à suivre la sépulture  de saint Érasme, évêque d’Antioche et de Formia. Ceci est le théâtre romain de Formia appelé  » Gliu Canciegl  » qui est l’une des situations les plus représentatives du phénomène de la réutilisation résidentielle de sites archéologiques de l’époque romaine.

 

 

 

 

 

Curiosité:

EN ITALIE, SEPT THÉÂTRES ET AMPHITHÉÂTRES ROMAINS SONT UTILISÉS COMME DES RÉSIDENCES CIVILES

 

  • Théâtre Formia
  • Théâtre Sepino
  • Amphithéâtre Venafro
  • Amphithéâtre de Pollunzo
  • Amphithéâtre de Lucques
  • Théâtre de Marcello à Rome
  • Théâtre de Pompée à Rome

 

 

 

 

 

Raffaele Capolino

Related Listings